À Marie-France, parce que je comprends…


Je ne t’effacerai jamais de mes sens

 

Non je ne t’effacerai jamais de mes sens

Malgré le cri de ta dernière image

Tu existeras toujours de tes cendres

Dans mon cœur vibrant de ton souvenir

 

Jamais je ne m’éloignerai de toi

Pour sombrer dans l’odieuse torpeur

Tu m’en voudrais toujours

Car toi tu n’as jamais eu peur

 

Toujours je te garderai près de moi

Car tu es toute la nuit

La nuit dans son plus grand émoi

Qui incite toujours à la vie

 

Non je ne t’oublierai pas

Même si j’oubli ta chair pétrifiée

Ton coeur asséché

Ce corps n’était plus toi

 

Non je ne t’oublierai pas

Même lorsque je rirai à grands éclats

Car je sais que tu seras là

Et que tu riras avec moi

 

Non je ne t’oublierai pas

Même quand je ne penserai pas à toi

Car c’est ce que tu voudras

Que j’apprenne à revivre sans toi

 

Non je ne t’effacerai jamais de mes sens

Même si je ne te l’ai jamais dit

J’aurais voulu trouver les mots intenses

Mais ma pudeur me l’a interdit

 

Non je ne t’effacerai jamais de mes sens

Non je ne t’effacerai jamais

Non jamais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s