Une autre fin de semaine de la Reine


Voilà, j’écris ici. Faut pas se compliquer la vie. Est-ce la petite ? La grande ? Je m’en fiche. Juste le goût de parler.

Pour dire quoi ?

J’sais pas.

Aujourd’hui, c’est dimanche. Le dimanche de la fin de semaine de la Reine. Je m’en fous de la Reine. Sauf que c’est congé. J’aime ce congé.

Une fin de semaine de la Reine comme un ostie de paquet de fins de semaine de la Reine avant. Avec mon chien Charlotte. À part elle, seule comme bien trop de fois.

« Week-end » typique. Achat de fleurs. Mais j’ai quand même du fun à acheter des fleurs. Même si je ne suis qu’avec Charlotte. C’était chiant quand j’étais avec un mec. Pas Charlotte. Elle adore magasiner. N’importe quand.

Est-ce que l’amour manque dans ma vie ?

J’aime Charlotte. Charlotte m’aime. Pas compliqué du tout.

Mais quand l’amour prend des allures de 6 pieds, là, ça vire au pire. « Big time ! »

Alors, pourquoi ce vide ?

J’sais pas.

Perte d’illusions ?

Pfff ?

En tout cas, sans 6 pieds, ça me tire plus par le fond. C’est déjà ça !

Vrai qu’il n’y a pas de folles griseries, mais y’a pas non plus d’impitoyables descentes en enfer !

Une fatigue ?

Une fatigue d’avoir à tout supporter seule.  Mais je pourrais avoir cette même fatigue à deux.

On dirait que je ne crois plus, pas…, à l’amour.

Quand je regarde le monde, je me dis qu’il y a une méchante gang de fuckés. Et fuckés, pas à peu près ! Ça s’attache à des illusions. Ça s’agrippe à son nombril comme s’il pouvait faire ses bagages et s’envoler vers une autre bedaine.

« Me, myself, and I. » Bienvenue dans cette nouvelle ère.

On dit que celui qui le dit, c’est lui qui l’est.

Je me le regarde, le nombril

Oui. Je suis égoïste. Si c’est égoïste que de vouloir que les gens autour de moi me respectent. Bien, oui, je suis égoïste ! Je pense à moi. Y’était temps !

Peut-être ai-je l’air d’une crisse de folle (c’est probablement moi qui pense ça de moi) quand je pète ma coche lorsqu’on me manque de respect. Mais j’en ai marre de me faire écœurer. Bien oui, celui qui me cherche me trouve, pas mal plus vite qu’avant !

C’est fou, je m’éloigne de mes premiers balbutiements…

Pas grave.

Vous ai-je raconté que le soleil entre dans mon cœur, juste là, en cet instant ?

Et quand je prends une grande respiration, je me sens comme dans un autre monde. Un monde de paix, de lumière, de chaleur. Et, j’ai juste envie de sourire et, pourquoi pas, de rire, et de laisser cette lumière me bercer de sa chaleur comme si…, comme si je naissais pour la première fois, confiante. Et, cette douce musique… hum hum hum hum….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s