Au revoir, Cartier !


 

Cartier est décédé ce soir, vers 22 h, je pense par ma faute.

Au revoir, Cartier!

Au revoir, Cartier!

Cartier, c’était mon Betta, acheté le 31 décembre 2012. 

Je crois que c’est moi qui l’ai tué. Par mon incompétence. Par mon ignorance.

Il était beau, quand je l’ai acheté.  Il a été beau pendant quelques semaines. Puis, la semaine dernière, j’ai remarqué qu’il avait perdu une nageoire, celle de gauche.  Je me suis demandée si ce n’était  pas par ma faute. L’aurais-je blessé avec le filet au moment de changer l’eau. Le filet était trop grand ; il n’y en avait pas de plus petit.

En parlant de changer l’eau, quand je l’ai acheté, personne ne m’a dit qu’il fallait garder une portion de la vieille eau. Ce que je n’ai pas fait.  Et puis, Cartier, que j’ai nommé après Jacques Cartier pour la chanson : Cartier, Cartier, si t’avais navigué…, ben, mon Cartier s’est mis à perdre toutes ses nageoires.

Je me suis « pitchée » sur le Web pour trouver une solution.

J’ai acheté des médicaments pour le soigner. Mais en vain. 

Chaque jour, il allait de plus en plus mal. Il ne mangeait plus rien. Il flottait. Je lui ai acheté une feuille pour lui faire comme un lit et l’aider à se reposer. J’ai ajouté du sel à l’eau, des médicaments. Rien n’a fait.  Je le voyais respirer. Souffrait-il? Je n’ai jamais su.

J’ai prié mon père.

« Père, si Cartier est pour mourir, veux-tu S.V.P. le faire mourir rapidement ». 

J’ai prié il y a 30 minutes. Cartier est mort entre temps. Tant mieux. S’il souffrait, il ne souffre plus. 

Je l’ai pris dans mes mains. Je l’ai flatté. J’ai soufflé dans sa bouche. Rien.

J’ai flatté son ventre dans l’espoir de voir son souffle revenir. Rien.

Cartier est parti. 

Je m’en veux. 

Parce que j’aurais dû m’informer sur comment prendre soin d’un Betta AVANT d’en acheter un. 

Je m’en veux, s’il a souffert de mon ignorance.

Je m’en veux, car je n’ai pas su lui donner une meilleure vie qu’à l’animalerie.

Je m’en veux pour tous ces imbéciles qui adoptent des animaux sans savoir comment en prendre soin.

Je m’en veux d’avoir été si égocentrique.

Je m’en veux.

Mais, surtout, je suis tellement triste du sort que je lui ai fait subir.

Au revoir, Cartier, j’espère que de là-haut tu sauras me pardonner ce que moi-même je ne me pardonne pas.

Au revoir Cartier !

Au revoir…

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s