Art moderne 101 : Degas


 

Degas déclare dans ses Carnets avoir voulu « faire de la tête d’expression (style Académie) une étude du sentiment moderne ». Que voulait-il dire par là ?   

Degas est reconnu pour son étude des gestes et des postures humaines. Il peint des gens ordinaires, dans des habits contemporains, ou des nus repensés. Il a un intérêt définitif pour la complexité des expressions humaines et pour l’articulation des expériences de la vie courante. Au lieu de peindre des images idéalisées, des sujets mythologiques et historiques qui retenaient encore les peintres académiques de l’époque, Degas traite des sujets du temps. Chez les Anciens, les sentiments sont représentés de façon exagérée et théâtrale. Pour Degas, l’étude du sentiment moderne se veut plus subtile.

Les portraits de Degas révèlent l’ambiguïté inhérente aux relations humaines. Plusieurs de ses peintures mettent l’accent sur les tensions dans le couple. Les individus sont représentés de façon énigmatique; leur expression faciale, ainsi que leur posture, porte le spectateur à poser des questions sur eux et sur la signification des scénarios particuliers. Ainsi, Degas transforme les images de ses proches en études psychologiques complexes. Cette façon de voir l’amène à explorer les sentiments d’aliénation.

Edgar Degas (1834-1917) La famille Bellelli 1858-1867 Huile sur toile H. 200 ; L. 250 cm Paris, musée d'Orsay © RMN (Musée d'Orsay) / Gérard Blot

Le tableau Portrait de famille, dit aussi La famille Bellelli, est un bel exemple de l’étude du sentiment moderne de Degas. L’absence de décorum et son côté privé confèrent à ce tableau son caractère moderne. Ici, la scène semble avoir été saisie dans un moment d’intimité, avant que les personnages prennent la pose. Chacun prend une attitude particulière. La position de la petite fille au centre, assise sur sa jambe repliée, une main à la hanche, illustre bien ce manque de décorum. Degas se fait l’interprète de cette scène conflictuelle. Pour souligner la tension dans le couple, Degas utilise quelques stratégies : il coupe la scène en séparant les personnages de droite et de gauche ; il place le père dos au spectateur et face à un miroir ; il introduit une photo du grand-père décédé près de la mère, la transportant ainsi dans une rêverie ; finalement, il oriente les épaules des fillettes de façon telle à accentuer l’aliénation du couple.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s